Télétravail où en est-on ?

Télétravail
Les résultats d’un sondage Malakoff Médéric & Ifop mené 4 mois après l’adoption des ordonnances sur le travail et l’assouplissement du télétravail sont surprenants.

Petit retour en arrière :

Le télétravail présente de nombreux avantages… et quelques inconvénients.

Dans les avantages, nous pouvons citer sans hésiter les économies de transport, la diminution de la fatigue, du stress, moins de « dérangement » lors de l’activité.

En matière de prévention des risques, cela se traduit par une diminution des risques liés au stress et surtout à la circulation en voiture ou moto. Un avantage non négligeable quand on connait le nombre d’accidents de trajets dont sont victimes les salariés comme leurs entreprises (88 903 accidents de trajet ayant entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente en 2016)  et la difficulté que ces dernières rencontrent pour lutter contre ce risque prépondérant !

En pratique, tout salarié dont le poste est éligible au télétravail peut le demander et c’est l’employeur qui démontre et justifie que ce mode de travail n’est pas possible ou pénalisant pour le salarié ou l’entreprise.

Dans les inconvénients, en plus du risque d’isolement, l’entreprise doit s’assurer que les conditions de travail pour le salarié soient bonnes, les horaires respectés et en matière de prévention des risques, que les lieux de télétravail soient sécurisés.

Ce qui implique que l’employeur (ou le responsable HSE le représentant) devra se rendre au domicile du travailleur (ou dans l’espace de coworking dans lequel il travaille) pour analyser les risques présents dans la pièce (et la pièce uniquement).

En effet, en cas d’accident sur son lieu de télétravail, l’accident sera considéré comme un accident professionnel avec toutes les obligations et droits que cela impose.

Pour revenir sur le sondage, 25% des salariés pratiquent le télétravail, de manière officielle (6%) ou de manière informelle (19%) ce qui constitue un nombre important. Cela dit, 4 travailleurs sur 10 ignorent leurs droits et les avancées sur le télétravail.

Pourtant 86% de ceux qui le pratiquent estiment être en meilleure santé et moins stressés.

Enfin ceux qui sont le moins enclins au télétravail sont les jeunes (moins de 30 ans), les ouvriers et les salariés sans enfants.

 

Alors qu’attend-on pour passer à la vitesse supérieure ?

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *